Compléments alimentaires : Les 4 plus grands mythes

Mythe 1 : Les compléments alimentaires ont des effets secondaires

Les compléments alimentaires offrent plusieurs avantages. Lorsqu’ils sont consommés correctement, ces derniers présentent moins d’effets secondaires que la nourriture. Ils sont destinés à corriger l’équilibre biochimique du corps (homéostasie) du fait de carences en certains nutriments essentiels. De nombreuses personnes ont recours à des compléments alimentaires pour pourvoir aux besoins alimentaires qui ne sont pas comblés grâce à une alimentation régulière ou recommandée [1]. Les compléments sont aussi souvent utilisés pour traiter les problèmes de malnutrition.

Les résultats obtenus grâce à leur utilisation les ont rendus vraiment populaires, particulièrement dans les salles de sport, ce qui a conduit certaines personnes à les prendre de façon peu judicieuse voire inconsidérée. [1]. Nous voyons tous les jours des gens incapables de se séparer de leur shaker, quel que soit l’objectif de leur entraînement. Mais n’oublions pas que la plupart des ingrédients que l’on rencontre dans les compléments alimentaires sont naturellement présents dans le corps ou dans la nourriture que nous consommons.

Bénéfices apportés par les compléments alimentaires :

  • Ils fournissent un substrat musculaire ;
  • Ils permettent d’augmenter la masse musculaire et la force ;
  • Ils préviennent de la fatigue ;
  • Ils augmentent la libération d’oxygène dans les tissus ;
  • Ils soutiennent le réapprovisionnement en électrolytes ;
  • Ils dynamisent le système immunitaire ;
  • Ils boostent les performances.

Compléments alimentaires

Mythe 2 : La whey protéine fait grossir

La whey protéine ne fait pas grossir! Si tu prends trop de whey, tu vas logiquement grossir, mais cela est aussi vrai pour tout autre aliment. Une consommation quotidienne d’une quantité adéquate de protéine va t’assurer une prise de muscle optimale tandis que si tu ne consommes pas assez de protéines tu ne développeras jamais ta musculature.

La whey protéine est un lait ultra-filtré. Lorsqu’on l’intègre à son plan d’alimentation, elle contribue à faire perdre du poids. En effet, les aliments riches en protéines sont aussi plus thermogéniques (ils consomment plus d’énergie), car le corps rencontre 30 % de difficulté à les digérer que les glucides et lipides. Les aliments et suppléments riches en protéines présentent des peptides bio-actifs qui confèrent différentes propriétés fonctionnelles aux protéines [2; 3].

Les sportifs et personnes faisant des efforts physiques cherchent à réduire leur masse graisseuse à tout prix. Leur objectif est d’améliorer leurs performances ou simplement de cultiver un bien-être physique et psychologique. Des études ont démontré que les protéines de lactosérum aident à réduire la graisse corporelle par le biais de mécanismes liés au calcium et grâce à leur forte concentration en acides aminés à chaîne ramifiée, les BCAA [4].

Mythe 3 : La créatine est néfaste pour les reins

L’utilisation de créatine a fait l’objet de très nombreuses recherches en raison de sa popularité comme compléments alimentaires pour améliorer ses performances. Un nombre croissant d’études démontre que la créatine est sans danger et non toxique pour les reins. Comme j’ai déjà pu le dire, un surdosage n’apporte aucun bénéfice, il convient de respecter les doses recommandées. Retenons donc qu’il n’existe peu, voire aucun, éléments cliniques prouvant que la validité de ce mythe [5]. Une équipe de chercheurs s’est d’ailleurs penchée sur la question, et a quotidiennement administré 20 g de créatine aux participants d’une étude pendant une semaine (la période habituellement citée pour évoquer la « fameuse » saturation). À l’issue de la période, aucun changement significatif des fonctions rénales n’a pu être observé [6].

Les sportifs et adeptes de salle de sport utilisent de la créatine de différentes manières. Dans l’ensemble, et en gardant en tête les informations recueillies sur les étiquettes des produits, le dosage le plus commun correspond à la phase de chargement durant 5 jours. Durant cette période, on utilise 20 g de produit divisé en 4 doses de 5 g. Passé la période de charge, on utilise 5 à 10 g quotidiennement [7].

Mythe 4 : Les brûleurs de graisse ne fonctionnent pas

Les brûleurs de graisse contiennent de nombreux ingrédients efficaces pour stimuler ton métabolisme et aider l’organisme à brûler des graisses. Toutefois, les brûleurs de graisse ne sont pas des produits miraculeux qui te feront perdre de la graisse si tu ne t’alimentes pas correctement. Pour résumer, notre corps présente deux types de récepteurs qui régulent le métabolisme des lipides, connus sous le nom de récepteurs adrénergiques. D’un côté, nous disposons de récepteurs alpha, responsables de l’inhibition de la lipolyse (dégradation des lipides pour la production d’énergie). D’autre part, il existe des récepteurs bêta, dont le rôle est de stimuler cette lipolyse. Certaines personnes possèdent plus de récepteurs alpha (dictant au corps de préserver l’énergie et de ne pas brûler de graisse), là où d’autre sont « bénies » et présentent plus de récepteurs bêta. Ces dernières peuvent donc manger ce qu’elles veulent sans prendre de poids [8, 9].

 Je suis sûr que tu as déjà rencontré des gens qui avaient des opinions différentes sur le même brûleur de graisse. Certaines personnes peuvent perdre 5 kg en une semaine grâce à un certain thermogénique, tandis que d’autres ne perdront même pas 1 kg. Les prédispositions biologiques individuelles constituent un facteur important qui doit être pris en compte. Ce type de compléments alimentaires, lorsqu’ils sont associés à la pratique de l’haltérophilie, de l’aérobic et un régime alimentaire équilibré te permettront d’optimiser les résultats en t’aidant à faire fondre la graisse plus rapidement.

 

Bruno Rodrigues
Coach Personnel

Coach personnel, coach de sportifs de haut niveau à l’IFBB et coach motivationnel, il est qualifié tout en détenant une expérience de plus de 15 ans dans le domaine de l’activité physique et de la nutrition sportive. Il possède une salle de sport, où il enseigne l’entraînement personnel et l’accompagnement en ligne.

Références:

  1. Benyon, S. Metabolism and nutrition;
  2. Sautier, K; Dieng, K; Flament, C; Doucet, C; Suquet, J.P; Lemonnier, D. Effects of whey protein, casein, soybean and sunflower protein on the serum, tissue and faecal steroids in rats;
  3. Layman, D.K; Baum, J.I. Dietary protein impact on glycemic control during weight loss;
  4. Zemel, M.A. Role of calcium and dairy products in energy partitioning and weight management;
  5. Pline, K. A., & Smith, C. L. (2005). The effect of creatine intake on renal function. The Annals of pharmacotherapy;
  6. Poortmans, J. R., Auquier, H., Renaut, V., Durussel, A., Saugy, M., & Brisson, G. R. (1997). Effect of short-term creatine supplementation on renal responses in men. European journal of applied physiology and occupational physiology;
  7. Silva & Bracht, 2001;
  8. Wright, E. & Simpson, E., Inhibition of the lipolytic action of beta-adrenergic agonists in human adipocytes by alpha-adrenergic agonists, The Journal of Lipid Research; Novembre 1981;
  9. Stich, V. et. al., Activation of alpha(2)-adrenergic receptors impairs exercise-induced lipolysis in SCAT of obese subjects, Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2000.

 

Source : https://www.prozis.com/blog/fr/complements-alimentaires-mythes/

1 Avenue de la Mer
83270 Saint-Cyr-sur-Mer
09 50 42 30 52